Quand le mind mapping rencontre l'infographie


Cette magnifique carte interactive publiée par le Journal de Montréal été élaborée à partir des données du Budget des dépenses 2011-2012 du gouvernement québécois.

À la limite entre carte heuristique et infographie, elle dispose d'un bouton pour faire des zooms sur les détails que nous souhaitons voir et possède plusieurs points cliquables qui ouvrent une boîte de texte.



L'infographie met en scène visuellement tant des données que des faits. Comme la carte heuristique elle invite à la navigation,à la découverte et stimule l'attention tout en simplifiant l'information. Elle est souvent non linéaire.


Récemment, j'ai exécuté pour le compte d'une entreprise madrilène une carte heuristique, comme vous pouvez le découvrir à travers un détail de la carte ci-dessus ou par la vision d'ensemble ci-dessous, qui tend aussi vers l'infographie. Le sujet de cette carte est le concept de responsabilité durable, comme évolution et hybridation de la responsabilité sociale de l'entreprise et du développement durable.

J'ai introduit des balises chronologiques au bas de la carte et des éléments flottants reliés par des lignes et non par des branches. Le logiciel que j'ai utilisé a été Novamind 5.

Cliquer sur la carte ci-dessous pour voir la version originale.



Pensez-vous que ce rapprochement, entre le mind mapping et l'infographie, est une chose pertinente, utile pour mieux transmettre des informations ou que c'est une erreur, que l'on perd de vue les fondements du mind mapping?

10 commentaires:

bruno a dit…

Quelles sont les fondements du mindmapping ? Les règles à la Buzan ? Si, comme je le pense, les mappeurs se sont libérés du dogme de la linéarité, ce serait triste qu'ils se fassent en retour enfermer dans le "Buzanisme" le plus aveugle.L'eau du mindmaping est troublé par son promoteur principal (autoproclamé inventeur) qui, par des ambitions commerciales, impose des règles étranges, et frôle par moments la pseudo-science.

Je trouve ça très bien d'explorer l'infographie, merci pour ce billet !

Franck Maintenay a dit…

Bonjour Philippe,
non seulement le Mind-Mapping peut s'introduire dans l'infographie, mais il doit le faire, même si le prix à payer est de se 'travestir' et ne plus ressembler à une carte heuristique.
J'y vois plusieurs atouts :
- bien souvent, les oeuvres d'infographies nécessitent un temps d'adaptation de notre part avant de s'y plonger : par où commencer ? Où sont les liens ?, etc... Simplement parce qu'il n'obéissent pas toujours à des règles de mise en forme, un peu comme les 'écoles de peinture' (Pont-Aven,...)
Quand un document comme le tien utilise des bases de Mind-Mapping et des schémas conceptuels entre autres. Les repères se créent donc de manière beaucoup plus naturels pour un habitué des cartes heuristiques (ce que nous sommes tous ;-) !).
- des logiciels de Mind-Mapping pas trop "rigides" (Xmind ou iMindMap par exemple) peuvent être détournés dans cette optique. Inutile donc d'investir des semaines de formation et d'utilisation de logiciels spécialisés.
Mais il faut avouer que certains documents originaux et uniques sont absolument magnifiques et riches de sens (cf visual.ly)

Je remarque que de plus en plus de MindMappeurs se permettent de détourner les règles de Tony, et c'est tant mieux, dans certains cas (n'est-ce pas Bruno !)

Franck

Marco Bertolini a dit…

Je rejoint tout à fait l'avis de Franck : la carte heuristique constitue un excellent fil rouge pour entrer et naviguer dans une infographie.

Je suis très impressionné par l'utilisation que tu as faite de la carte heuristique dans l'analyse de cette société madrilène.

C'est la preuve que le mindmapping est un outil fluide et flexible - autant que le cerveau qui l'utilise - et qu'on peut faire de l'excellent travail à partir de logiciels de mindmapping de qualité.

Pour ce qui est de Buzan, on peut à la fois respecter le pionnier et se passer du businessman... Personne ne demande de lui adresser une prière avant d'entamer une mindmap.

Je crois que l'outil évoluera sans son créateur et que nous n'avons pas encore vu la fin de ses utilisations. Les logiciels du futur, les enfants d'aujourd'hui continueront à le faire évoluer peut-être sous des formes que nous ne soupçonnons même pas aujourd'hui.

Mais c'est avant tout un outil, une méthode, qui reflète la richesse de la créativité humaine.

Merci à Philippe de nous l'illustrer encore une fois ;-)

Philippe Boukobza a dit…

Bruno, merci pour votre commentaire, il est vrai que Buzan cherche à extraire le maximum de profit financier et qu'il s'est appuyé sur des pratiques qui le précédaient.

Philippe Boukobza a dit…

Franck, merci pour ton commentaire, j'espère que l'on verra de belle réalisations éclore de la rencontre en mind mapping et infographie.

Philippe Boukobza a dit…

Merci beaucoup Marco pour ton commentaire et ton feedback, une belle idée que le mind mapping est une approche en faveur de la flexibilité mentale. C'est aussi une école de la cohérence.

bruno a dit…

Peut-être que ce qui actuellement distingue le plus le mindmapping de l'infographie est l'usage qu'on en fait. Contrairement aux maps, l'infographie semble générer du contenu très travaillé destiné à un public très large. J'ai le sentiment que certaines mindmap sont limpides....mais seulement pour son créateur, car contextuelles et personnelles. Peut-être avez vous fait aussi l’expérience de certaines cartes qui sont mal passés auprès de vos destinataires.. Souvent lorsqu'il s'agit d'en faire un objet de communication, on se voit forcé de la retravailler (ou la coordonner avec un autre support). L'infographie peut justement nous apprendre vers quoi nous diriger si on veut faire de certaines cartes un objet "standalone" de communication.Non ?

Philippe Boukobza a dit…

Merci Bruno pour cet éclairage, le mind mapping devrait s'inspirer de l'inforgraphie, la mise en scène de l'information est un des points forts des bonnes infographies. Pour moi les meilleures infographies sont celles qui nous surprennent et nous invitent à découvrir les informations par exploration.

Unknown a dit…

Que voilà un débat intéressant !
"La carte permet de dépasser l'horizon" mais les mind mappeurs ont trop souvent considéré que les cartes heuristiques étaient un horizon indépassable.

J'ai opté pour une pratique différente : pas de mise en scène ambitieuse sans passage par les cartes heuristiques mais uniquement pour assurer la phase Brouillard et Brouillon de la carte éditoriale. La métaphore mind map est souvent trop simpliste pour rendre le complexe clair et donc inadapté pour la restitution finale. .
D'ailleurs sur la carte québécoise on voit bien que le fond de carte n'est pas assez travaillé donnant une impression de fouillis.
Donc ma tactique c'est d'utiliser les minds maps pour classer et hiérarchiser l'info et d'utiliser dans le produit final une métaphore plus intéressante.

Pas facile d'expliquer ça en quelques lignes donc vous trouverez ci dessous une description étape par étape de ce gene de processus :

http://www.serialmapper.com/archive/2008/09/30/le-making-of-plan-de-metro.html

Unknown a dit…

Que voilà un débat intéressant !
"La carte permet de dépasser l'horizon" mais les mind mappeurs ont trop souvent considéré que les cartes heuristiques étaient un horizon indépassable.

J'ai opté pour une pratique différente : pas de mise en scène ambitieuse sans passage par les cartes heuristiques mais uniquement pour assurer la phase Brouillard et Brouillon de la carte éditoriale. La métaphore mind map est souvent trop simpliste pour rendre le complexe clair et donc inadapté pour la restitution finale. .
D'ailleurs sur la carte québécoise on voit bien que le fond de carte n'est pas assez travaillé donnant une impression de fouillis.
Donc ma tactique c'est d'utiliser les minds maps pour classer et hiérarchiser l'info et d'utiliser dans le produit final une métaphore plus intéressante.

Pas facile d'expliquer ça en quelques lignes donc vous trouverez ci dessous une description étape par étape de ce gene de processus :

http://www.serialmapper.com/archive/2008/09/30/le-making-of-plan-de-metro.html